Téllier

Sébastien Téllier - Sexuality

Comme si la néo french touch était chronologiquement parametrée pour reproduire à l'identique la progression de son courant aîné, nous parvient 10 ans plus tard un Moon Safari nouveau : comprendre disque de lover, idéal pour faire l'amour, avec pour sublimes décors des synthés vintage dérobés à l'esthètique porno-chic du Marc Dorcel des 80's. Nuance toutefois : quand Air avait la pudeur de ne jamais mettre en scène aucun de ses deux producteurs, le performer Sébastien Tellier investit pleinement son disque jusqu'à systématiquement poser son sexe au premier plan. Il offre ainsi parfois, il est vrai, quelques scènes osées et inspirées au spectateur : ci un hommage à Dennis Wilson du plus bel apparat (Divine), là un beat langoureux pour soutenir une déclaration émue (Elle), ou cette parade finale resplendissante de grandeur triste (L'Amour et la Violence), toutes impeccablement saisies par un producteur démiurge, virtuose des reverb et flangers (Guy-Man des Daft Punk, bien sûr). Trop souvent cependant, l'auditeur assiste à une grande partouze dont il est tenu à l'écart (entendre ces gémissements irréels de Sébastien et sa copine), faute d'espace musical pour pouvoir exprimer sa propre sexualité. Triste comme un film de cul.